Histoire de la drogue

On trouve des traces de consommation de drogue dès la nuit des temps. L'opium semble être la première substance de cet ordre à avoir été découverte par l'homme, il y a 8 000 ans, un peu partout dans le monde. Dans le plus ancien langage écrit connu, le sumérien (3 100 avant Jésus-Christ), on trouve un idéogramme présentant une fleur d'opium comme "la plante de la joie". Néron a semble-t-il utilisé un concentré d'opium pour tuer Britannicus et prendre sa place. Par ailleurs, la coca pousse dans les Andes depuis des milliers d'années et on a trouvé des traces de sa consommation il y a plus de 2 000 ans.

Il a fallu l'expansion coloniale européenne pour que ces produits commencent à prendre place dans le commerce international à partir du XVIIe siècle. Leurs vertus stimulantes ou apaisantes commencent à être exploitées par les scientifiques pour des raisons médicales. Les marchands portugais, espagnols et britanniques ramènent de l'opium en Europe aussi bien de leurs lointains voyages que de l'Empire ottoman.

Au début du XIXe siècle, les dangers d'une utilisation médicale durable de produits opiacés sont connus, mais le commerce international est bien établi. Condamnée lorsqu'elle est le fait des classes populaires, la consommation de drogue trouve du crédit chez les bien lotis. Les écrivains la présentent comme un art de vivre, un moyen de mieux se connaître soi-même et ne s'en cachent pas, de Thomas de Quincey à Prosper Mérimée, en passant par Baudelaire, Flaubert et bien d'autres. Les guerres napoléoniennes ont joué un grand rôle dans le développement de la consommation de drogues en France. Il semble que les blessures d'une partie des soldats aient été traitées avec des dérivés d'opium, entraînant une accoutumance. Par ailleurs, la conquête d'Egypte fut l'occasion pour les Français, puis pour le reste des Européens, de découvrir le haschich, qui finit "par remplacer le champagne", selon la formule de Théophile Gautier. L'innovation technologique a également joué un rôle important avec l'apparition des seringues hypodermiques. Mais ce sont les travaux des chimistes et de médecins qui sont à l'origine de la multiplication des produits offerts: dérivés de la coca et surtout de l'opium (morphine, puis héroïne).

beaudelaire qui fume

Le regard sur la consommation de drogue change à partir du début du XXe siècle, notamment sous l'influence des Etats-Unis qui se dotent des premières législations prohibant son commerce et qui organisent une première conférence internationale en 1909. Le monde de la drogue commence à être assimilé à celui du crime. Au fur et à mesure que progressent les interdictions, le trafic devient en effet de plus en plus rentable. L'entreprise suisse Hofmann-Laroche, après avoir perdu le marché russe, suite à la révolution de 1917, se lance avec succès dans le trafic d'opium. C'est de ses laboratoires que sort, dans les années 40, l'acide lysergique diéthylamide, plus connu sous le nom de LSD. A côté des grandes entreprises et des mafieux, les services secrets investissent les marchés de la drogue pour financer leurs opérations, les Français en Indochine, les Américains au Vietnam, puis un peu partout… A partir des années 60, les Etats deviennent ainsi policiers et trafiquants. Les Etats-Unis continuent de donner le "la" de la politique mondiale de lutte contre le trafic international de drogue, et spécifiquement contre le blanchiment de l'argent qui en est issu à partir des années 80.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×